Fevrier 2006

129 - Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 22 février 2006 au Palais de la présidence

Mercredi 22 Fevrier 2006

Un Conseil des ministres s'est tenu ce mercredi 22 février 2006 au Palais de la présidence, de 11heures à 13heures, sous la présidence du Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Laurent Gbagbo.
Avant d'aborder l'ordre du jour, le Conseil a été inforrné par le ministre de l'Intérieur de l'arrivée en Côte d'Ivoire de représentants de la police française venus dans le cadre d'une enquête engagée contre un dénommé Youssef Fofana Mohamed vivant en France mais dont la présence a été signalée récemment à Abidjan. Celui-ci est poursuivi en France pour prise d'otages suivie de meurtre et pour crime antisémite.

Le Président de la République a saisi cette occasion pour rappeler que la Côte d'Ivoire est un pays engagé dans la promotion de la démocratie et des Droits de l'Homme, qui combat le racisme et tous les actes et crimes de nature raciste. Il a demandé que nos services compétents de police collaborent activement avec la police française en vue de l'aboutissement rapide des actions engagées dans le cadre de ce dossier. Abordant son ordre de jour, le Conseil a examiné un projet de décret et plusieurs communications

Décret

Ministère de l'Intérieur

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Conseil a examiné et adopté un projet de décret portant organisation dudit ministère, qui regroupe désormais les anciens ministères de l'Administration du territoire, de la Sécurité intérieure et des Cultes.

COMMUNICATIONS

Primature

Une communication verbale du Premier ministre rendant compte de l'état d'avancement de l'examen de la question du foncier rural suite à la réunion spéciale du Conseil de gouvemement du lundi 20 février 2006 y relative.
Pour le Premier ministre, cette réunion s'est avérée fort utile dans la mise en exergue des points saillants dont la prise en compte permettra des avancées notables dans la recherche d'une solution idoine et durable à ce problème récurrent, qui pourrait affecter gravement le processus de paix en cours tout en constituant un frein à notre développement économique:

1)-Une législation foncière existe. Cependant,
-une politique d'information et de sensibilisation s'avère nécessaire face à la méconnaissance de cette législation tant par les gestionnaires de la loi que par les paysans;
-une approche d'opérationnalisation s'impose qui prenne en compte obligatoirement:
• le contexte socio-culturel de mise en œuvre marqué par des conceptions et des pratiques souvent singulières au niveau des personnes civiles;
• la mise en place effective, ainsi que l'activation des structures administratives de gestion prévues par la loi foncière (comités sous préfectoraux. . .)
2) La lutte contre la pauvreté tout particulièrement dans les zones à litiges, constitue un aspect important de la solution et appelle une politique d'emploi appropriée ainsi que la promotion d'activités spécifiques de développement communautaire.
3)- La diversification des cultures et des activités dans les zones visées.
4)-La réhabilitation de certaines zones délaissées notamment les zones de savanes.
Le Président de la République s'est félicité de l'organisation de cette réunion dont les résultats sont plus qu'attendus et a encouragé le Premier ministre à la poursuivre jusqu'à son terme.

Ministère d'Etat, ministère du Plan et du Développement

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Conseil a entendu une communication tendant à obtenir son accord en vue de la réalisation de la troisième enquête nationale à indicateurs multiples. Il s'agit d'une opération de collecte de données sur la situation des enfants et des femmes, réalisée dans plusieurs pays en développement tous les cinq (05) ans depuis 1990 avec l'appui de l'UNICEF.
L'enquête, à travers les résultats, permet une évaluation du degré de réalisation des objectifs de protection et de développement en faveur des enfants et des femmes dans les pays choisis.
Le Conseil des ministres, après délibération a donné son accord pour la réalisation de la troisième enquête nationale, ainsi que pour la mobilisation des ressources et la mise en place des fonds de contrepartie.

Ministère de la Production animale et des Ressources halieutiques

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Conseil des ministres, après délibération, a donné son accord pour la participation du LANADA (Laboratoire national d'appui au développement agricole) à la campagne de distribution de semences agricoles aux agriculteurs du Liberia par la délégation du
Comité international de la Croix-Rouge de Monrovia. Il s'agit, pour le LANADA, d'apporter son expertise technique dans l'analyse d'échantillons des semences de riz à distribuer en vue d'établir leur qualité en référence aux normes établies par l'Association internationale des essais de semences (ISTA).

Ministère de la Communication

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Conseil a examiné et adopté les conclusions d'une communication relative à la couverture immédiate de l'ensemble du territoire national par les émissions de la RTI. Il s'agit d'un plan d'urgence visant la remise en état de fonctionnement de la RTI. Ce plan d'un coût global de 5 486 516 FCFA est destiné à la réhabilitation de 23 centres émetteurs détruits et la mise à niveau de 08 centres émetteurs situés sur l'ensemble du territoire.
Ce faisant, la RTI sera à même d'être, ainsi que le prévoient les différents accords et en particulier celui de Pretoria, un facteur d'unité et de réconciliation par la diffusion sur l'ensemble du territoire de messages uniques de paix et de concorde. A cet effet, outre les aspects techniques, le gouvernement s'attachera tout particulièrement à faire en sorte que la RTI accompagne le processus de sortie de crise:
-par l'élimination de tout blocage dans la mise en œuvre des engagements (notamment ceux de Pretoria) relatifs à la couverture entière du territoire;
- par l'adoption et la diffusion de programmes appropriés dont le contenu sert effectivement les objectifs de paix et de réconciliation poursuivis;
- par l'adoption de dispositions sécuritaires appropriées afin de préserver la sécurité, la quiétude et la sécurité tant de la RTI que de ses agents.
Le Conseil d'Administration de la RTI sera tout particulièrement sensibilisé à ces préoccupations auxquelles il devra sans attendre apporter des réponses adéquates.
Il s'agit, en définitive, de donner à tous, aussi bien à l'opinion nationale qu'internationale, un gage d'objectivité de la RTI afin que non seulement la confiance des Ivoiriens en leur média revienne, mais également que nos partenaires puissent accepter d'appuyer financièrement la réhabilitation de cet instrument capital dans le processus de paix.
Le Conseil des ministres a été également informé de l'incident survenu sur le campus le samedi 18 février 2006. Alors qu'il était invité à prononcer une conférence à l'invitation d'une promotion sortante de l'UFR des sciences économiques et de gestion de Bouaké, le ministre Patrick Achi et sa délégation ont été violemment pris à partie par des groupes d'étudiants opposés à sa présence sur le campus universitaire. Les troubles créés ont empêché le déroulement de la conférence et la délégation n'a pu quitter le campus qu'au prix de mille difficultés.
Le conseil des ministres déplore et condamne encore une fois de telles attitudes et comportements inadmissibles de la part de nos étudiants, souvent auteurs d'agressions sur des citoyens ou des membres du gouvernement, alors que rien ne le justifie. Le gouvernement est pleinement conscient des maux qui minent notre Université et qui appellent de sa part l'adoption de mesures vigoureuses et profondes pour lui redonner les moyens de sa mission. Le Conseil tient toutefois à rappeler que l'Ecole et l'Université sont le temple du savoir et le lieu par excellence de la formation du citoyen, le lieu où nos jeunes, responsables de demain, vont rechercher les valeurs cardinales de liberté et de tolérance sans lesquelles toute société sombre inexorablement dans la déchéance. Aussi, invite-t-il les étudiants et particulièrement les responsables des mouvements estudiantins à s'inscrire résolument dans la dynamique de réconciliation en cours et à contribuer par leurs actes et comportements à une sortie de crise rapide.

Mesures individuelles

Le Conseil des ministres a ensuite donné son agrément pour la nomination de deux ambassadeurs et d'un attaché de sécurité:
- un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République hellenique près la Côte d'Ivoire;
- un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie près la Côte d'Ivoire;
- uUn attaché de sécurité de l'ambassade d'Espagne près la République de Côte d'Ivoire;

Le ministre de la Fonction publique, de l'Emploi et de la Réforme administrative,
Porte-parole du Gouvernement ,
Prof. Oulaye Hubert

Source : Notre Voie No2322


128 - Les ambassadeurs plaident pour leur statut

Dimanche 19 Fevrier 2006

“Vous conviendrez avec moi, Monsieur le ministre, qu’il est aberrant de voir que les ambassadeurs, à la fin de leurs missions diplomatiques, et de retour au pays, sont abandonnés, laissés-pour-compte”. Ces propos de SEM Alain Nicaise Papatchi, le président de l’Union des ambassadeurs de Côte d’Ivoire (UACI), sont la traduction éloquente de la préoccupation des diplomates ivoiriens. Il l’ont réaffirmé le 14 février dernier, à la faveur de la réception qu’ils ont accordée au nouveau locataire des Affaires étrangères, au restaurant Délices et Saveurs de Shanny, sis à Marcory.

Alain Nicaise Papatchi a demandé au ministre des Affaires étrangères de plaider en faveur des ambassadeurs, en se faisant leur fidèle interprète auprès des autorités compétentes. Le président de l’UACI a dit que la démarche a été engagée, mais est bloquée par “des contingences politiques dues à des intrigues politiciennes”. Fort de cette situation, il a indiqué qu’aujourd’hui, la famille des diplomates est gagnée par le désespoir. “Tant que ce problème n’aura pas trouvé solution, nous continuerons à nous battre bien entendu, par la voie du dialogue, de la négociation et de la concertation”, a-t-il promis. Le président de l’UACI plaide pour l’amélioration du statut de l’ensemble des diplomates. “Il n’ y a aucune ambiguïté en ce qui nous concerne. Le terme de diplomate s’étend non seulement aux diplomates de carrière, mais également à ceux de nos collègues ambassadeurs qui, par la volonté du Souverain régnant et gouvernant, se sont retrouvés, à un moment donné, chef de mission diplomatique de Côte d’Ivoire à l’extérieur”.

Le président de l’UACI a fait savoir que les ambassadeur placent beaucoup d’espoir en la personne du ministre Youssouf Bakayoko. Un espoir qui se justifie par le parcours du nouveau chef de la diplomatie ivoirienne. Youssouf Bakayoko est un diplomate de carrière qui a débuté en 1973 à la Direction des conférences et réunions internationales du ministère des Affaires étrangères. De 1973 à 1983, il a été conseiller à la mission permanente de Côte d’Ivoire auprès de l’office européen des nations unies et des institutions spécialisées à Genèvre, de l’Organisation des nations unies pour le développement industriel. En 1983, en signe de reconnaissance de ses mérites, Youssouf Bakayoko a été élevé au grade d’ambassadeur.

Le ministre des affaires étrangères a répondu favorablement à la sollicitation de l’Union des ambassadeurs, en promettant de tout mettre en mettre pour faire adopter le statut des diplomates.

Source : Notre Voie No2319 - 20 février 2006


127 - SPORTS - FINALE DE LA COUPE D'AFRIQUE DES NATIONS (ÉGYPTE2006) : Côte d'Ivoire - Égypte

Samedi 11 Fevrier 2006

Vendredi 10 février 16:00 TU : Côte d'Ivoire - Égypte : Cairo Stadium (Le Caire)
0 - 0 : Côte d'Ivoire - Égypte - score à la mi - temps
0 - 0 : Côte d'Ivoire - Égypte - Fin du temps reglémentaire
0 - 0 : Côte d'Ivoire - Égypte - 1ère prolongation
0 - 0 : Côte d'Ivoire - Égypte- Fin de la prolongation
2 - 4 : Côte d'Ivoire - Égypte- score aux tirs au but - Réécouter le match (Réal Player)

Tirs au but
 Côte d'Ivoire : Habib KOLO TOURE 1; Emmanuel EBOUE 1,
 Egypte : Ahmed HASSAN 1; Mohamed Abdel WAHAB 1; Amr ZAKI 1; Mohamed ABO TREKA 1

Les Équipes
 Côte d'Ivoire : n°1- Jean-Jacques TIZIE (gardien de but); n°3- Arthur BOKA (défenseur); n°21- Emmanuel EBOUE (défenseur); n°4- Habib KOLO TOURE (défenseur); n°6- Blaise KOUASSI (défenseur); n°7- Emerse FAE (milieu de terrain); n°5- Didier ZOKORA "Maestro" (milieu de terrain); n°2- Kanga AKALE (attaquant); n°11- Didier DROGBA (attaquant); n°9- Arouna KONE (attaquant); n°19- Yaya TOURE (attaquant). Remplaçants : Remplaçants : Bonaventure KALOU (61e); Kanga AKALE ; Bakari "Baky" KONE (91e); Yaya TOURE.

 Égypte : n°1- Issam EL HADARY (gardien de but); n°5- Abdel Zaher EL SAKKA (défenseur); n°20- Wael GOMAA (défenseur); n°4- Ibrahim SAID (défenseur); n°3- Mohamed Abdel WAHAB (défenseur); n°12- Mohamed BARAKAT (milieu de terrain); n°17- Ahmed HASSAN (milieu de terrain); n°11- Mohamed SHAWKI (milieu de terrain); n°22- Mohamed ABO TREKA (attaquant); n°10- Emad MOTEAB (attaquant); n°19- Amr ZAKI (attaquant). Remplaçants : Ahmed FATHY (22e); Wael GOMAA ; Hassan MOSTAFA (82e); Emad MOTEAB ; Abdel HALIM ALI (113e); Ibrahim SAID.

 Entraineurs : Henri MICHEL (Côte d'Ivoire), Hassan SHEHATA (Égypte)
 Arbitre : Mourad DAAMI (Tunisie);
 Juges de touche : Brahim Djezzar (Algérie); Célestin Ntagungira (Rwanda); 4ème arbitre : Eddy Maillet (Seychelles)

Match pour la 3ème place
0 - 0 : Nigéria - Sénégal - score à la mi-temps
1 - 0 : Nigéria - Sénégal score à la mi-temps (0 - 0)
 But : Garba LAWAL (Nigéria, 79e)

Source : Actualités Diplomatiques & Internationales


126 - Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 8 février 2006

Mercredi 8 Fevrier 2006

Un Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 8 février 2006 au Palais de la Présidence, de 11 heures à 14 heures sous la présidence du Chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Laurent Gbagbo.
Avant d’aborder l’ordre du jour, le Président de la République a tenu à saluer au nom du Conseil, notre équipe nationale de football qui s’est brillamment qualifiée pour la finale de la CAN 2006 au Caire. Tout en souhaitant que ce parcours soit couronné de succès, le Président de la République a indiqué que pour des raisons tenant au calendrier gouvernemental chargé qui retiendra les ministres en séminaire, il a convenu avec le Premier ministre que notre pays sera représenté lors de la finale qui aura lieu le Vendredi 10 février 2006 par une délégation de haut niveau. Un avion spécial sera mis à la disposition de celle-ci.
Abordant son ordre du jour, le Conseil a examiné un projet de décret et entendu plusieurs communications.

DECRETS
Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Président de la République a signé un décret portant organisation de ce ministère issu de la fusion de deux ministères (Enseignement supérieur et Recherche scientifique).
Le nouvel organigramme comporte neuf directions et vingt quatre sous-directions et entraîne une réduction budgétaire annuelle appréciable.

COMMUNICATIONS
MESURES GENERALES PRIMATURE

Deux communications verbales présentées par le Premier ministre relatives :
1°/ à l’organisation pratique du séminaire gouvernemental sur la “ feuille de route ”. Prévu pour se tenir à Yamoussoukro, les travaux se dérouleront du jeudi 9 heures à 15 heures au Samedi 11 heures à midi sous la présidence du Premier ministre.
2°/ aux voyages et missions des membres du gouvernement.
Le Conseil après délibération, a adopté les conclusions de ces deux communications.

MESURES INDIVIDUELLES
Ministère des Affaires étrangères

Sur présentation du ministre en charge de ce département, le Conseil a donné son agrément pour la nomination :
-d’un Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Etat de Palestine près la République de Côte d’Ivoire avec résidence à Abidjan,
-d’un Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Thaïlande près la République de Côte d’Ivoire avec résidence à Dakar.

Ministère de la Production animale et des Ressources halieutiques

Une communication verbale relative à la nomination du Directeur de Cabinet. Le ministre de la Fonction publique, de l’Emploi et de la Réforme administrative,
Porte-parole du Gouvernement Prof. OULAYE Hubert

Fraternité Matin du Mercredi 8 Fevrier 2006


125 - Diplomatie : Les vœux du Ministre Bakayoko Youssouf au corps diplomatique accrédité en Côte d'Ivoire : « La majorité des Ivoiriens aspire à la paix »

Vendredi 3 Fevrier 2006

«Il est une règle non écrite qui nous dit que l’on ne peut présenter ses vœux au-delà du 31 janvier. Mais puisque nous sommes au 2 février, acceptez que je transgresse cette règle et qu’en ce début d’une année si importante pour la Côte d’Ivoire, je saisisse l’occasion pour vous présenter mes vœux. »

Hier, devant le corps diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire, réuni dans le hall du bloc ministériel au Plateau, le ministre des Affaires étrangères s’est permis de sacrifier à la tradition des présentation de vœux. « Que 2006 apporte à vous, à vos familles le bonheur et la prospérité dans un contexte pacifié de fraternité entre les Ivoiriens et de solidarité retrouvée avec tous nos amis, d’où qu’ils viennent. La chaleur et la sincérité de ces vœux que j’exprime sont à la hauteur des enjeux et des responsabilités qui nous incombent, dans la restauration de la paix et la fraternité en Côte d’Ivoire », a formulé Bakayoko Youssouf en guise de vœux à l’endroit du doyen du corps diplomatique, des ambassadeurs Aubrey Hooks des USA, André Janier de la France…, de la représentante du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, des représentants des organisations internationales et des chargés d’Affaires.

Le patron de la diplomatie ivoirienne voit dans la promptitude avec laquelle toutes ces personnalités ont répondu à son invitation, le signe de leur engagement continu aux côtés du peuple ivoirien et de ses autorités. Devant ces observateurs avisés des réalités ivoiriennes, Bakayoko Youssouf n’a pas voulu rappeler les évènements douloureux qui ont émaillé l’année 2005. Mais, il a dit « simplement qu’au-delà des obstacles rencontrés sur le chemin de la paix et de la réconciliation, il me paraît important de mettre plutôt l’accent sur la volonté de la majorité des Ivoiriens d’aller à la paix, avec la précieuse contribution des pays amis et de la communauté internationale. » Une contribution qui s’est traduite, selon le ministre, par l’adoption, le 21 octobre 2005, de la résolution 1633 du Conseil de sécurité des Nations unies. Sans fanfaronnade, il s’est ensuite félicité de la nomination du Premier ministre Charles Konan Banny, la formation et l’installation de son gouvernement. C’est donc le coeur serré d’amertume qu’il a évoqué les récents évènements des 16, 17, 18 et 19 janvier qui ont paralysé Abidjan. « Je souhaite que la crise prenne fin, pour que nous puissions consacrer une partie plus substantielle de nos moyens à poser des actes qui renforcent notre solidarité…

Comme les Eléphants footballeurs, pour être dans l’actualité, jouons tous pour la victoire de la Côte d’Ivoire », a-t-il souhaité. Avant ce discours, Mgr Mario Roberto Cassari, Nonce apostolique, le doyen du Corps diplomatique a assuré le ministre de leur « disponibilité à collaborer avec vous à la réussite de votre mission, par le renforcement des relations liant nos pays à cette noble nation qu’est la Côte d’Ivoire. »

Source : Nord Sud Média - Vendredi 3 Fevrier 2006